Fête du travail : dispersion sous tensions à Paris

Ce samedi 1er mai marquait le retour des manifestations dans la rue après une précédente Fête du travail confinée. Entre 106.000 et 150.000 personnes ont défilé dans toute la France, selon la police et les syndicats. À Paris, le cortège a été perturbé par des heurts avec les forces de l’ordre mais aussi des membres de la CGT.

Ni la pluie ni la pandémie n’ont empêché les manifestants de battre le pavé. Les syndicats ont retrouvé la rue ce samedi pour célébrer le 1er-Mai, organisant des rassemblements partout en France, dont certaines émaillées d’incidents, comme à Paris. Emploi, salaires, gestion de la crise sanitaire par le gouvernement, restrictions des libertés… dans les cortèges, les revendications étaient variées, la contestation de la réforme de l’assurance-chômage, qui doit entrer en vigueur le 1er juillet, revenant cependant de façon récurrente. La CGT mais aussi plusieurs représentants politiques promettent désormais un « printemps social » et un mois de « juin revendicatif » au gouvernement. 

Selon la CGT, directement prise à partie, les cortèges ont rassemblé samedi plus de 170.000 personnes, dont 25.000 à Paris. Le ministère de l’Intérieur a, lui, fait état de 106.650 manifestants en France, dont 17.000 dans la capitale. Au total, 56 personnes ont été interpellées, dont 46 à Paris, tandis que six policiers ont été blessés, dont trois dans la capitale.

Les leaders de gauche de sortie

À un an de la présidentielle, plusieurs responsables politiques de gauche ont pris part aux cortèges, tels à Lille Jean-Luc Mélenchon (LFI), qui a souhaité revenir en 2022 « comme président de la République », et Fabien Roussel (PCF). À l’heure des 150 ans de la Commune de Paris, FO avait lancé la journée à Paris avec un hommage devant le mur des Fédérés. Mettant en avant le risque sanitaire, la CFDT avait pour sa part opté pour un rassemblement virtuel sur Facebook avec des militants. 

Retrouvez les principaux temps forts de cette journée de manifestation dans le fil ci-dessous : 

23H01 – 21 MEMBRES DE LA CGT BLESSÉS À PARIS

Déplorant des « violences inacceptables », la CGT annonce par communiqué que 21 de ses membres ont été blessés, dont quatre grièvement, lors des violences ayant émaillé la fin de la manifestation à Paris. « C’est à ce moment qu’un important groupe d’individus, dont certains se revendiquant gilets jaunes, ont fait usage d’une extrême violence à l’encontre des manifestants », détaille le syndicat. 

« Insultes homophobes, sexistes, racistes, ont précédé des actes de vandalisations des véhicules et organisations, et, bien plus grave, la haine s’est exprimée par un enchaînement de coups et de jets de projectiles », poursuit l’organisation, affirmant avoir été « particulièrement ciblée ».

20H28 – CAMIONS DE LA CGT ATTAQUÉS : LE RÉCIT EN IMAGES

Des heurts ont eu lieu à Paris et Lyon en marge des défilés. Image la plus marquante de ces incidents : des camions de la CGT attaqués par des manifestants.

19H32 – PLUS DE 100.000 MANIFESTANTS PARTOUT EN FRANCE

Selon le ministère de l’Intérieur, 106.650 manifestants ont défilé ce samedi dans toute la France, dont 17.000 à Paris (75), pour un total de 281 rassemblements. La CGT, elle, a dénombré plus de 150.000 à l’échelle du pays. 

Les forces de l’ordre ont procédé à 56 interpellations, l’essentiel dans la capitale (46). Toujours selon Beauvau, six policiers ont été blessés, dont trois en marge du cortège parisien. 

19H10 – UN POLICIER JETÉ AU SOL À LYON

Un membre des forces de l’ordre qui est violemment poussé par derrière alors qu’il marche tranquillement. Il est alors tomber lourdement à terre avant d’être secouru par ses collègues, comme on peut le voir sur cette séquence qui dure une quinzaine de secondes.

18H43 – INTERVENTIONS DES POMPIERS « ENTRAVÉE »

La situation se tend à nouveau, cette fois-ci vers la place de la Nation : l’action des pompiers est « entravée », selon la préfecture, qui demande aux manifestants de les laisser intervenir.

18H32 – DÉGRADATION BOULEVARD VOLTAIRE

La vitrine d’une succursale de la Société générale, située boulevard Voltaire, dans le XIe arrondissement de la capitale, a été dégradée au passage du cortège. Les vitres d’un abribus ont également été détruites. Des projectiles ont été lancés en direction des forces de l’ordre, qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène ou avec des grenades de désencerclement

17H22 – AGRESSION D’UN POMPIER PAR LES CASSEURS

La violente agression d’un pompier en direct sur CNews scandalise les policiers et les internautes révulsés par ce geste. Le soldat du feu était en train d’intervenir sur un feu de poubelles quand un homme s’est jeté sur lui et a commencé à l’attaquer.

16H52 – REACTION DE GÉRALD DARMANIN

Sur Twitter, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin remercie les forces de l’ordre « pour leur action vis-à-vis de ceux qui ne sont pas venus pour manifester, mais pour casser. Il annoncent également que 34 interpellations ont était recensé.

16H30 – MANIFESTATIONS PARISIENNE

Peu avant 16h30, la préfecture de police de Paris a indiqué sur Twitter qu’un « avant-cortège composé d’éléments radicaux bloquait la progression du reste du cortège ». « Les forces de l’ordre sont intervenues pour faire en sorte que la manifestation intersyndicale parisienne avance jusqu’à la place de la Nation », a précisé la préfecture.

16H22 – AFFRONTEMENTS DANS LYON

Un 1er mai tendu à Lyon : 27 policiers et gendarmes ont été blessés, selon la préfecture. « Le préfet condamne fermement les violences à l’égard de celles et ceux qui nous protègent », a fait savoir ce dernier sur Twitter.

16H13 – TWETT D’EMMANUEL MACRON

Emmanuel Macron remercie la « ferme France » à l’occasion de ce 1er mai. « À nos médecins, infirmiers, pharmaciens, pompiers, militaires, vétérinaires, dentistes, à celles et ceux qui sont à l’œuvre pour vacciner les Français, qui assurent les soins dans nos hôpitaux, nous protègent : merci. Vous faites honneur à notre pays. Vous faites la #FranceUnie », a ajouté le chef de l’Etat.

15H40 – TENSIONS DANS LE CORTEGE PARISIEN

Selon nos informations, une tentative de dégradation des vitrines de la Société Générale a eu lieu à hauteur de Saint-Ambroise, dans le 11ème arrondissement. Une Brigade de répression des actions violentes est en cours.15h27

15H27 – CORTEGE PARISIEN

La situation est au point mort dans la capitale : selon la préfecture de police, le pré cortège bloque le cortège syndical. Les dispositions sont prises pour le faire avancer.

15H17 – CORTEGE PARISIEN

La tension est montée d’un cran vers le boulevard Voltaire, comme en témoigne ces images filmées il y a quelques minutes.

15H12 – TENSIONS DANS PARIS

Selon une source policière contactée par LCI, les effectifs interviennent en ce moment pour empêcher la constitution d’un black bloc, conformément à la doctrine de maintien de l’ordre.

15H05 – 5 000 POLICIERS ET GENDARMES MOBILISÉ À PARIS

Plus de 5 000 policiers et gendarmes mobilisées à Paris alors que les forces de l’ordre interviennent à plusieurs reprises pour tenter d’empêcher la formation de black bloc.

14H44 – 17 INTERPELLATIONS À PARIS

17 personnes ont été interpellées selon la préfecture du police de Paris. Jusqu’alors la préfecture faisait état de 10 interpellations. 5000 policiers et gendarmes sont mobilisés ce samedi à Paris pour encadrer les cortèges. 14h05

14H16 – PHILIPPE MARTINEZ : « LES REVENDICATIONS ET LA COLÈRE SONT LÀ »

« Les revendications et la colère sont là, il faut qu’elles s’expriment aujourd’hui dans la rue », déclare Philippe Martinez, leader de la CGT, dans le cortège parisien.  « Les grands groupes profitent de la pandémie pour restructurer et continuer à délocaliser. L’argent public doit servir à maintenir et créer des emplois, pas à continuer les restructurations. »

13H51 – LES MOBILISATIONS VILLE PAR VILLE

Voici les chiffres des préfectures à la mi-journée avant la manifestation parisienne. Au total, 300 cortèges sont organisés dans toute la France. 

Lyon : 3000 manifestants. 

Nantes : 3750 manifestants.

Toulouse : 1000 manifestants

Marseille : 3500 manifestants.

Rennes : 2000 manifestants (selon FO)

Bordeaux : de 1600 (police) à 4500 (organisateurs) manifestants

13H41 – LYON : 3000 PERSONNES DANS LE CORTÈGE

Les forces de l’ordre sont intervenues pour disperser un groupe « hostile de 200 personnes » , explique la préfecture du Rhône sur son compte twitter.

13H32 – PARIS : 10 INTERPELLATIONS

Dix personnes ont été interpellées ce samedi matin à Paris en marge du cortège des Gilets jaunes, indique la préfecture de police de Paris. 

13H00 – QUELQUES HEURTS À NANTES

La préfecture de Loire-Atlantique a décompté 3750 personnes dans le cortège. Quelques heurts ont éclaté au niveau de la préfecture liés à la présence d’une centaine de manifestants d’ultra-gauche, mais la manifestation se poursuit dans le calme.

12H21 – TENSION DANS LE CORTÈGE À LYON

Incidents à Lyon, lors de la manifestation du 1er mai, les forces de l’ordre ont dû intervenir pour disperser « un groupe de 200 personnes » en tête du cortège, qui « faisait usage de mortiers à l’encontre des policiers », indique la préfecture sur Twitter. Le compte du média Lyon Mag publie une vidéo de l’affrontement.

11H05 – MÉLENCHON VEUT REVENIR EN PRÉSIDENT

Ce 1er-Mai a décidément comme un air de campagne. A Lille, Jean-Luc Mélenchon a prononcé un discours enflammé dans lequel il se projette déjà en 2022 et demande de faire un choix entre Emmanuel Macron et lui-même. 

« Je souhaite que le 1er mai 2022, je puisse revenir vous voir comme président de la République ! ». Le leader de la France insoumise promet notamment d’être le président du retour au 35 heures et à la retraite à 60 ans.

10H40 – UN DÉPART À 14 HEURES DE LA PLACE DE LA RÉPUBLIQUE À PARIS

Un cortège au départ de la place de la République à 14 heures. A Paris, le cortège partira à 14 heures de la place de la République en direction de celle de la Nation, à l’appel des quatre organisations syndicales et des mouvements de jeunesse Unef et UNL. Le numéro un de la CGT et son homologue de FO Yves Veyrier défileront côte à côte. 

09H51 – LE PEN SE PRÉSENTE EN CANDIDATE DE L' »UNION NATIONALE »

Après avoir déposé une gerbe au pied de la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides à Paris, à l’occasion du 1er-Mai, la présidente du RN s’est présentée comme candidate de la « paix civile et de l’union nationale ». « Si Emmanuel Macron, pour le plus grand malheur de la France, était amené à effectuer un deuxième mandat, le chaos serait absolument général », a-t-elle estimé.

09H30 – MARINE LE PEN REND HOMMAGE À JEANNE D’ARC

La présidente du Rassemblement national a déposé samedi matin une gerbe de fleurs en hommage à Jeanne d’Arc place des Pyramides à Paris, une tradition du 1er mai des responsables du RN. Elle précise à des journalistes que son discours sera dédié « à la jeunesse, qui a payé un prix très lourd cette année du fait des restrictions sanitaires ».

09H25 – D’AUTRES JOURNÉES DE MOBILISATIONS PRÉVUES

Alors qu’Emmanuel Macron a dévoilé jeudi un calendrier du déconfinement « en quatre étapes », qui devrait s’accélérer entre le 19 mai et le 30 juin, la CGT espère que le 1er mai sera le début d’une montée en puissance des mobilisations.

Philippe Martinez prévient déjà que « d’autres journées d’action en mai et juin scanderont ce printemps offensif ».

09H19 – PRÉSENCE DE RESPONSABILITÉ POLITIQUE

A un an de la présidentielle, certains responsables politiques de gauche ont aussi annoncé leur présence, à l’instar de Jean-Luc Mélenchon (LFI) à Lille, de Fabien Roussel (PCF) dans la même ville puis à Paris ou encore Olivier Faure (PS) et Julien Bayou (EELV) également dans la capitale.

Certains d’entre eux mettent en avant la contestation de la réforme de l’assurance-chômage qui doit commencer à entrer en vigueur au 1er juillet et est dénoncée unanimement par les cinq grandes centrales syndicales. Le secteur culturel, qui occupe des théâtres depuis le 4 mars notamment pour contester la réforme, devrait d’ailleurs grossir les rangs des manifestants, au départ de l’Odéon à midi.

09H08 – DE NOMBREUSES MANIFESTATIONS PRÉVUES

La CGT a appelé, avec FO, la FSU et Solidaires à faire du 1er mai une « journée de mobilisation et de manifestations », « pour l’emploi, les salaires, les services publics, la protection sociale, les libertés et la paix dans le monde ».

La CGT, qui « espère du monde », comptabilisait vendredi près de 300 manifestations dans l’Hexagone, notamment à Nantes, Marseille ou encore Lyon, qui se tiendront dans le respect des consignes sanitaires. Les autorités s’attendent à environ 100.000 manifestants sur l’ensemble du territoire. En 2019, le ministère de l’Intérieur avait comptabilisé 164.000 manifestants et la CGT 310.000.

A Paris, le cortège partira à 14H00 de la place de la République en direction de celle de la Nation, à l’appel des quatre organisations syndicales et des mouvements de jeunesse Unef et UNL. Le numéro un de la CGT et son homologue de FO Yves Veyrier défileront côte à côte.

09H06 – UN 1ER MAIS SOUS COVID MAIS DANS LA RUE

Une nouvelle fois, la journée internationale des travailleurs se célèbre sous le signe du Covid-19. Mais cette fois la mobilisation sociale reprend des airs classiques dans la rue.

L’an dernier, il y a eu de la frustration de ne pas pouvoir défiler. Nous reprenons nos bonnes habitudes

Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT