Manifestation du 1er mai : tensions et dégradation dans le cortège

Des tensions ont marqué le rassemblement de gilets jaunes qui s’est tenu ce samedi à 10 heures, puis la manifestation intersyndicale qui a démaré vers 14 heures.

Les forces de l’ordre sont intervenues à plusieurs reprises ce samedi, à Paris, lors du défilé du 1er-Mai, qui a été émaillé de jets de projectiles et de tirs de gaz lacrymogène. Au moins 34 personnes ont été interpellées, selon les derniers chiffres communiqués par Gérald Darmanin, le ministre de l’Intérieur, sur twitter.

Le cortège est parti à 14 heures de la place de la République en direction de celle de la Nation, à l’appel des quatre organisations syndicales et des mouvements de jeunesse Unef et UNL.

À partir de 15 heures, les forces de l’ordre se sont trouvées confrontées à « tentatives répétées de constitution d’un black bloc en avant du cortège syndical », a indiqué une source policière. « Ces éléments radicaux n’avancent pas alors qu’ils ont de l’espace pour le faire », poursuit-elle.

Selon nos informations, les forces de l’ordre à l’arrière du black bloc, avec l’objectif de forcer le pré-cortège à avancer pour que le cortège syndical puisse s’élancer à son tour.

La vitrine d’une succursale de la Société générale, située boulevard Voltaire, dans le XIe arrondissement de la capitale, a été dégradée au passage du cortège. Les vitres d’un abribus ont également été détruites.

Des projectiles ont été lancés en direction des forces de l’ordre, qui ont répliqué avec du gaz lacrymogène ou avec des grenades de désencerclement.

Des pompiers pris à partie

La violente agression d’un pompier en direct sur CNews scandalise les policiers et les internautes révulsés par ce geste. Le soldat du feu était en train d’intervenir sur un feu de poubelles quand un homme s’est jeté sur lui et a commencé à l’attaquer comme on peut le voir sur les images ci-dessus.

Le Syndicat des commissaires de Police a fait part de son émotion en découvrant cette vidéo. De leur côté, les internautes sont nombreux à réagir avec des mots comme « minable », « honteux » ou « lamentable » qui se multiplient, alors que la vidéo tourne sur Twitter.

La tension est palpable dans le cortège parisien. Plusieurs milliers de manifestants ont quitté samedi la place de la République à Paris en direction de celle de la Nation, pour célébrer la journée internationale des travailleurs.

Après une grosse demi-heure de défilé, la situation s’est tendue dans le cortège entraînant l’intervention de la brigade de répression de l’action violente contre une «tentative de constitution de Black Bloc», a appris l’AFP de source policière.

Avant le départ de la manifestation, encadrée de près par les forces de l’ordre, la préfecture avait fait état de 17 interpellations.

Un « dispositif adapté »

Avant cette manifestation, un premier cortège de gilets jaunes était parti ce samedi matin, aux alentours de 10 heures, de la place du Maréchal-Juin pour rejoindre la place de la République et se greffer ensuite dans le cortège principal.

Plus de 5000 policiers et gendarmes sont déployés pour encadrer les manifestations.