Régionales en Paca : Les Républicains retirent l’investiture à Renaud Muselier après son alliance avec LaREM

Le Premier ministre a annoncé dimanche qu’il n’y aurait pas de liste LaREM pour les régionales en Paca : la tête de liste macroniste Sophie Cluzel rejoint la liste du président sortant LR Renaud Muselier.

Une alliance avec les Républicains pour contrer le Rassemblement national. Jean Castex annonce ce dimanche dans le JDD que le parti présidentiel accepte la main tendue de Renaud Muselier (LR) pour les régionales de juin prochain en Paca. « La majorité présidentielle répond très favorablement à l’initiative de Renaud Muselier » explique le Premier ministre au JDD. Le président sortant de la région Paca doit en effet faire face à la liste RN de Thierry Mariani donnée en tête dans les sondages au premier tour. En 2017 déjà, le parti de Marine Le Pen avait réalisé de gros scores en PACA (28%  au premier tour et 44% au second). Christian Estrosi l’avait finalement emporté avant de céder la région à Renaud Muselier.  

La secrétaire d’Etat Sophie Cluzel , qui conduisait la liste LaREM pour le scrutin de juin prochain, va désormais « intégrer le dispositif conduit par Renaud Muselier », explique Jean Castex au JDD. D’autres représentants LaREM de cette liste vont également rejoindre la liste d’union avec LR. Une union que Jean Castex analyse comme un « exemple de la recomposition politique ». Renaud Muselier , lui, a salué dans cette union « la voix de la raison et du bon sens. »

« Coup de poignard dans le dos »

Mais l’annonce de l’alliance entre la liste Muselier et celle de Cluzel ne passe pas au sein des Républicains. Le président du parti, Christian Jacob, a d’ailleurs annoncé dans la matinée que « Renaud Muselier ne pourra pas bénéficier de l’investiture LR ».

Eric Ciotti a été le premier à dénoncer « un coup de poignard dans le dos. Je le savais dès avant le premier tour de la présidentielle.

« Maintenant c’est clair »

Au RN, la réplique était déjà prête. Après avoir dénoncé l’UMPS pendant plusieurs années, le parti de Marine Le Pen a déjà fusionné les logos de LaREM et LR pour dénoncer le rapprochement des deux listes. « Maintenant c’est clair », a brièvement commenté Thierry Mariani sur twitter. 

Au sein de la majorité présidentielle, la fusion annoncée des listes Muselier/Cluzel est, au contraire, saluée comme la meilleure décision pour que la région « ne tombe pas aux mains de l’extrême droite », selon les mots de Christophe Castaner.

 D’autres alliances auront-elles lieu ailleurs pour ces régionales ?  En Bourgogne Franche-Comté, un accord semble possible dès le premier tour entre LaREM et, cette fois, la liste de gauche conduite par Marie-Guite Dufay, présidente socialiste sortante. Dans le Grand Est, le sortant LR – Jean Rottner – pourrait lui aussi accueillir sur sa liste la ministre déléguée à l’insertion Brigitte Klinkert.