Policier tué à Avignon : quatre personnes interpellées cette nuit

Quatre individus ont été interpellés dimanche. Ils sont soupçonnés d’être impliqués dans la mort du brigadier Éric Masson, tué mercredi lors d’une intervention contre un point de trafic de drogue.

Quatre hommes, dont l’un est soupçonné d’être l’homme ayant tiré sur un policier mercredi soir à Avignon, ont été arrêtés dimanche. L’interpellation a eu lieu au péage de Remoulins (Gard) situé à une vingtaine de kilomètres d’Avignon.

Il y a eu quatre interpellations hier.

Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur/BFMTV

Initialement, il avait été fait état de deux interpellations, puis d’une troisième.

Selon une source proche de l’enquête, la troisième personne interpellée est le conducteur de la voiture.

Éric Masson, un policier de 36 ans a été tué par balles mercredi soir lors d’une opération antidrogue dans le centre-ville d’Avignon. Les deux individus soupçonnés avaient pris la fuite après les faits, et 80 enquêteurs étaient depuis mobilisés pour les retrouver. Une femme de 58 ans avait été placée en garde à vue, avant d’être mise hors de cause.

Darmanin salue le travail des policiers

Selon nos informations, les suspects ont été interpellés sur l’autoroute par la BRI de Marseille et de Montpellier alors qu’ils prenaient la direction de l’Espagne. Il s’agit de deux jeunes Français défavorablement connus des services de police, qui étaient impliqués dans plusieurs affaires de stupéfiants. Ils ont pu être interpellés sur la route car les enquêteurs avaient eu connaissance de ce projet de départ pour l’Espagne.

Une double interpellation dont s’est félicité le ministre de l’Intérieur dans la soirée sur Twitter. « Je félicite la police nationale pour l’interpellation de deux suspects, quatre jours après cet assassinat ignoble », a réagi Gérald Darmanin sur le réseau social, ajoutant: « Ce crime ne doit en aucun cas rester impuni ».

C’est un ouf de soulagement pour la police nationale et pour la famille [d’Éric Masson, NDLR]

Mathieu Valet, secrétaire général adjoint du SICP

Une foule émue réunie dimanche à Avignon

Mercredi en fin de journée, le brigadier Éric Masson a été appelé mercredi sur un point de trafic de drogue bien connu du centre historique d’Avignon. Il a été tué par balles mercredi après avoir procédé au contrôle d’une cliente « de ce qui ressemblait à un échange de stupéfiants », selon le procureur Philippe Guémas.

Ce jour-là, une femme venait d’être arrêtée par deux policiers dans le centre d’Avignon, lorsque deux individus se sont avancés et l’un deux a sorti une arme de poing, avant de « faire feu à deux reprises » sur le brigadier, « l’atteignant au thorax et à l’abdomen ». Le policier est mort sur place.

La mort de ce policier, après celle fin avril de Stéphanie Montfermé, administrative au commissariat de Rambouillet, a plongé l’ensemble de la police dans la stupeur, voire la colère. De nombreux policiers et d’Avignonnais se sont rassemblés dimanche devant l’hôtel de police de la ville en hommage à ce brigadier, et un hommage national lui sera rendu mardi à 15 heures à la préfecture de Vaucluse. La cérémonie sera présidée par le Premier ministre Jean Castex et le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin sera présent.