Gard : La chasse à l’homme continue dans les Cévennes

Un homme a tué par balles ce mardi matin le patron et un employé de la scierie où il travaille, dans le village du Plantiers (Gard), dans les Cévennes, avant de prendre la fuite, a-t-on appris auprès du procureur d’Alès.

La chasse à l’homme continue dans les Cévennes. Un important dispositif a été déployé ce mardi dans les environs du village des Plantiers (Gard), pour tenter de retrouver un individu armé et soupçonné d’avoir tué deux personnes en début de matinée.

Les deux victimes « mortes sur le coup »

Les faits se sont déroulés dans une scierie située dans ce village de moins de 300 habitants aux alentours de 8h ce mardi matin. Trois employés arrivent sur leur lieu de travail et sont accueillis par leur employeur, âgé de 55 ans.

L’un d’entre eux n’a pas salué son patron, qui lui a fait remarquer gentiment, sans difficulté particulière.

François Schneider, procureur de la République d’Alès

L’employé interpellé par son patron sort alors une arme de poing et ouvre immédiatement le feu sur ce dernier, « le tuant de plusieurs balles dans la tête ». Un autre employé, « sidéré par la situation » a tenté en vain de s’interposer, mais a également été abattu par son collègue: « ils sont tous les deux morts sur le coup », a poursuivi François Schneider.

L’individu toujours recherché et armé

Un troisième employé, présent au moment des faits, est parvenu à prendre la fuite et à donner l’alerte auprès de la gendarmerie nationale. L’individu mis en cause, âgé de 29 ans, est quant à lui reparti en voiture chez lui pour récupérer une autre arme, il s’est ensuite rendu à pieds dans une forêt voisine.

Il est actuellement recherché par tous les services

François Schneider, procureur de la République d’Alès

Un suspect au comportement « de type paranoïaque »

Le suspect est un homme décrit comme un « tireur sportif », ayant une licence dans un club et détenant des armes. Il est connu du parquet pour avoir déposé une série de plaintes – classées sans suite – dans le cadre d’un conflit avec l’ancien maire du village et ses assistants.

Lui-même devait faire l’objet prochainement de poursuites devant le tribunal correctionnel pour des faits d’atteinte à l’intimité de la vie privée, puisqu’il avait enregistré une audition faite par des gendarmes de la brigade locale[…] un comportement qui était depuis quelque temps assez inquiétant, de type paranoïaque.

François Schneider, procureur de la République d’Alès

L’individu était également en conflit avec son employeur pour des problèmes d’horaires de travail.

C’est une personnalité très particulière, très procédurière et qui visiblement avait beaucoup de mal à admettre certains faits qu’il avait dénoncés et qui n’étaient manifestement pas caractérisés, en tout cas lui considérait que ça devait l’être.

François Schneider, procureur de la République d’Alès

Près de 280 personnels de la gendarmerie déployés et 8 hélicoptères

De très importants moyens ont été déployés, tant pour localiser et interpeller l’individu que pour protéger la population, le suspect étant armé: « des véhicules blindés, l’antenne GIGN d’Orange, le GIGN national, plusieurs unités d’intervention spécialisée sont aujourd’hui à l’œuvre, sur le terrain, de manière à retrouver cette personne », a listé le colonel Bertrand Michel, en charge de la brigade section de recherches.

Environ 280 personnels de la gendarmerie sont engagés dans la traque du fugitif. Le terrain de chasse est « assez important », notamment en raison des zones boisées, assez escarpées. Le colonel indique par ailleurs ignorer avec quelles armes l’individu recherché a pris la fuite: « ce qui explique le luxe de précautions, puisqu’il peut être lourdement armé ». Huit hélicoptères survole également les zones de recherches.

La situation « prise très au sérieux »

Le temps de ces opérations, la consigne pour la population c’est de rester confiné chez soi le temps que nous puissions mener ces opérations de localisation et d’interpellation.

Maddy Scheurer, porte-parole de la gendarmerie nationale.

Une situation « prise très au sérieux » par la gendarmerie qui a quadrillé le secteur très rapidement. Dans le même temps indiqué ne disposer d’aucun élément laissant supposer qu »il s’agirait là d’un acte terroriste.

0 Partages