Benjamin Griveaux et la politique c’est fini !

Élu député de la capitale en 2017, l’ancien candidat à la mairie de Paris a démissionné de son mandat parlementaire, indique-t-il ce mercredi sur ses réseaux sociaux.

Il était un député discret depuis son retrait de la course aux élections municipales en février 2020. Désormais, il ne le sera plus. Benjamin Griveaux a indiqué ce mercredi quitter son mandat. « J’ai décidé de quitter mon mandat de député et ai présenté hier ma démission à Richard Ferrand, président de l’Assemblée nationale. C’est un choix personnel qui intervient après de nombreuses années dédiées à la vie publique », écrit-il dans un message publié sur ses réseaux sociaux.

J’ai décidé de quitter mon mandat de député et ai présenté hier ma démission à Richard Ferrand, président de l’Assemblée…

Publiée par Benjamin Griveaux sur Mercredi 12 mai 2021

« Je m’engage désormais dans une autre voie. (…) Je crée un cabinet qui conseillera et accompagnera les dirigeants d’entreprise dans leurs choix stratégiques », poursuit-il, exprimant sa reconnaissance au président de la République. Dans un message adressé à ses collègues parlementaires de la majorité, Benjamin Griveaux a écrit : « Je continuerai à soutenir vos combats et je reste évidemment fidèle au président de la République, ainsi qu’au projet de transformation de notre pays que nous avons collectivement porté depuis 2017. (…) Je serai toujours à vos côtés, mais différemment, dans les batailles qui s’annoncent. »

Le siège de Benjamin Griveaux à l’Assemblée nationale restera vacant, des législatives partielles ne pouvant pas être organisées. En effet, la loi votée en décembre 2020 laisse jusqu’au 13 juin 2021 pour organiser une nouvelle élection, mais pour cela le siège doit être devenu vacant avant le 30 avril 2021.

Proche de Dominique Strauss-Kahn et militant du Parti socialiste, Benjamin Griveaux a participé à la fondation d’En marche et devient porte-parole du mouvement. Ce proche d’Emmanuel Macron est élu député de Paris en 2017, et intègre le gouvernement d’Edouard Philippe en juin 2017 en tant que secrétaire d’État auprès du ministre de l’Économie et des Finances, avant de devenir porte-parole du gouvernement en novembre 2017. Il démissionne en mars 2019 pour se présenter aux élections municipales à Paris, mais en février 2020, la divulgation de vidéos privées à caractère sexuel le contraint à abandonner.