Municipale à Paris: Qui sera la prochaine Maire de Paris?

Plusieurs thèmes ont été abordés par Buzyn, Hidalgo et Dati à l’instar du plan vélo, de la propreté ou encore de la sécurité dans la capitale.

Ce jeudi 25 juin, le débat entre les candidates à la mairie de Paris, Agnès Buzyn, Anne Hidalgo et Rachida Dati, a bel et bien eu lieu, à trois jours du second tour des élections municipales qui se dérouleront ce dimanche 28 juin. Un débat diffusé sur BFM TV et BFM PARIS, 24 heures après la date prévue. L’actuelle maire avait demandé le report de ce débat en soutien aux grévistes des chaînes d’information en continu, qui dénoncent un plan de licenciements massif.

Agnès Buzyn: la ville de Paris “va devenir un enfer”

Pour Agnès Buzyn, si la ville continue d’évoluer comme ces six dernières années, Paris “va devenir un enfer”. La candidate LaREM défend son projet “de rassemblement” en opposition à ses deux adversaires qu’elle qualifie de “candidates d’un clan”.

Anne Hidalgo veut “un big bang de la proximité”

La maire sortante souhaite engager un “big bang de la proximité” en donnant “un rôle très important” aux maires d’arrondissements, notamment sur la question de la propreté.

Sur cette même question, Agnès Buzyn estime que l’équipement des agents municipaux est “obsolète”. “Il faut donner la main aux maires d’arrondissements”, plaide la candidate LaREM.

Echange tendu sur la salle de shoot

Anne Hidalgo, estime que les dispositifs comme la salle de shoot située à l’hôpital Lariboisière dans le 10e arrondissement est “une réponse à un problème médical et social”. “Evidemment pour que cela fonctionne, il faut une présence policière autour, mais je suis pour ce type de salles. C’est une réponse médicale, une réponse sociale à un problème qui est aussi médical et social”, défend la maire sortante.

Pour Rachida Dati au contraire, cette salle ne remplit pas son rôle. “Vous avez fait un choix qui est comme votre politique, symbole et sans résultat”, lance la maire du 7e. “Il n’y a pas de médecin, il y a les travailleurs sociaux et une infirmière qui passe de temps en temps”, déplore-t-elle.

Agnès Buzyn estime également que cette salle de shoot “ne fonctionne pas”. “Ca nécessite un dispositif plus intégré avec la police, avec les médecins, avec les psychiatres”, insiste-t-elle.

Rachida Dati souhaite “une police municipale armée dans chaque arrondissement”

Cette politique municipale armée “maintiendra la tranquilité publique pour lutter contre la délinquance du quotidien”.

Agnès Buzyn défend aussi la création d’une police municipale armée

Agnès Buzyn souhaite la création d’une police municipale composée de 5000 policiers “armés et formés, équipés de caméras piéton”.

“Laisser des gens exposés la nuit dans des quartiers difficiles sans avoir les moyens de se défendre fait qu’ils ne pourront pas aller dans les endroits où nous avons besoin d’eux, ces quartiers perdus de la République”

Agnès Buzyn sur BFMTV

Anne Hidalgo: “la police à Paris ne fait plus que du maintien de l’ordre”

A propos de l’augmentation de la délinquance et des violences dans la capitale, Anne Hidalgo appelle à un renfort de la police nationale. “La police à Paris ne fait plus que du maintien de l’ordre”, déplore la maire sortante. “Il faut qu’il y ait plus de policiers municipaux”, ajoute-t-elle, tout en défendant la création d’une police municipale.

Je regrette qu’elle n’ait pas pu aboutir, elle le sera sans aucun doute au lendemain de l’élection municipale”, assure Anne Hidalgo. Elle ne souhaite cependant pas que cette police municipale soit dotée “d’armes létales”

Anne Hidalgo sur BFMTV

Agnès Buzyn: “si je suis élue maire, l’ordre sera respecté”

Agnès Buzyn estime que la mairie de Paris “laisse faire”. “La loi doit être respectée, que les causes soient sympathiques ou pas”, insiste la candidate LaREM. “Si je suis élue maire de Paris, l’ordre sera respecté. Je ne laisserai pas Extinction Rebellion passer 15 jours devant l’Hôtel de ville parce que leur cause est sympathique”, tacle Agnès Buzyn.

Rachida Dati: “il n’y a pas une manifestation qui ne se termine pas en bataille rangée”

Rachida Dati déplore une “explosion” de la délinquance dans la capitale et aussi la montée des violences durant les manifestations. “Il n’y a pas une manifestation qui ne se termine pas en bataille rangée”, déplore la maire du 7e qui dit apporter son “soutien aux policiers”.

Agnès Buzyn: “l’espace public est devenu le bazar”

Pour Agnès Buzyn, “l’espace public est devenu le bazar”. La candidate LaREM met en cause la “méthode” d’Anne Hidalgo, qu’elle accuse notamment d’avoir “détruit Autolib'”, le service unique d’autopartage électrique.

Rachida Dati: “on n’a jamais eu si peu de voitures à Paris et nous avons une augmentation de la pollution”

Rachida Dati accuse la maire sortante d’avoir opposé les uns aux autres les automobilistes, cyclistes, piétons. “On n’a jamais eu si peu de voitures à Paris et nous avons une augmentation de la pollution”, insiste Rachida Dati qui s’en prend au plan de transports d’Anne Hidalgo “fait à la hâte et de manière dogmatique”. “Il faut une complémentarité des mobilités”, estime Rachida Dati qui promet un schéma de mobilité “à l’échelle globale” si elle est élue.

En réponse à Rachida Dati, Anne Hidalgo met en avant “l’urgence” à agir. “Nous sommes la dernière génération en responsabilité à pouvoir agir. Il faut absolument poser des actes”, insiste-t-elle.

Si elle est réélue, Anne Hidalgo promet de déployer “massivement des parkings sécurisés” pour les vélos

Anne Hidalgo se félicite du succès du vélo avec le déconfinement et cite le chiffre de 15.000 cyclistes qui empruntent chaque jour la rue de Rivoli. La maire sortante promet si elle est réélue de continuer à favoriser l’usage du vélo en déployant des équipements dédiés:

“Ce sera une des premières mesures que je prendrai avec la piétonnisation des abords du canal Saint-Martin, c’est de déployer très très massivement des parkings sécurisés pour les vélos.”

Anne Hidalgo sur BFMTV

Pour Rachida Dati les extensions de terrasses “ont généré beaucoup de troubles”

Rachida Dati critique la mise en place des extensions de terrasses pour les restaurateurs après le déconfinement. “Ca a généré beaucoup, beaucoup de troubles entre les riverains et les cafetiers”, explique-t-elle. Pour la maire du 7e, il aurait fallu “un cadre” et non pas une charte non contraignante.

Rachida Dati critique la gestion de l’épidémie de l’équipe d’Anne Hidalgo

La candidate LR reproche à Anne Hidalgo de n’avoir pas agi en faveur des soignants et des hôpitaux, dans le cadre de sa fonction de présidente du Conseil de surveillance de l’AP-HP.

“Je n’ai pas vu d’initiatives ou d’actions en faveur des hôpitaux de Paris et du personnel soignant qui est exsangue (…) être président d’un conseil de surveillance ce n’est pas rien”

Rachida Dati sur BFMTV

Crise sanitaire: “on ne vivra plus comme avant”

Anne Hidalgo fait elle aussi le bilan de cette période de crise et retient la “solidarité incroyable” qui s’est exprimée durant ces semaines de confinement. “Je retiens cette solidarité incroyable, la force des services publics, la force des bénévoles humanitaires. On ne vivra plus comme avant”, estime la maire sortante.

Hidalgo en tête au premier tour

La tête de liste Les Républicains, Rachida Dati, et la cheffe de file des listes La République en marche, Agnès Buzyn, affrontent ce jeudi soir sur BFMTV une Anne Hidalgo galvanisée par de bons résultats de premier tour.

Sur l’ensemble de la capitale, ou les élections municipale 2020 ce jouent dans 17 arrondissements, la maire sortante socialiste a recueilli 29,33% des suffrages exprimés, bien devant Rachida Dati (22,72%) et Agnès Buzyn (17,26%). Même si l’on tempère ces scores par la très faible participation mesurée le 15 mars en raison du début d’épidémie due au coronavirus, il s’agit d’un succès indiscutable pour Anne Hidalgo.

Dans 9 des 17 arrondissements parisiens, c’est une liste “Paris En Commun” (l’étiquette d’Anne Hidalgo) qui est arrivée en tête. Il faut tout de même noter que les scores de la candidate PS ont été inférieurs à ceux enregistrés lors des municipales de 2014 dans quasiment tous les arrondissements.

Malgré cela, il paraît difficile pour l’une de ses deux concurrentes d’espérer l’emporter, dans la mesure où leurs électorats respectifs se chevauchent.

0 Partages