Double meurtre dans les Cévennes : son père l’appelle a se rendre, quatre familles exfiltrées

La traque d’un individu armé et dangereux s’est poursuivi dans la nuit de mercredi 12 à jeudi 13 mai, dans les Cévennes. Le procureur du Gard l’a appelé à se rendre après le double-meurtre de son patron et d’un collègue.

300 gendarmes mobilisés, des équipes cynophiles, le GIGN en appui : la traque du suspect de 29 ans s’est poursuivie dans la nuit de mercredi à jeudi. 48 heures de recherches dans une vaste forêt des Cévennes où le fugitif s’est retranché après le meurtre, mardi, de son patron et d’un collègue dans une scierie des Plantiers, dans le Gard.

Au vu des difficultés à retrouver le suspect, la gendarmerie a décidé de lancer un appel à témoin parmi la population pour récolter des indices sur Valentin Marcone, âgé de 29 ans. Si vous avez la moindre information, contactez le 04.66.38.67.22.

Le procureur de Nîmes, Eric Maurel, a de son côté demandé mercredi soir que l’homme lourdement armé se rende. « Je l’appelle à revenir à la raison, à déposer les armes, et à venir s’expliquer sur son passage à l’acte dans le cadre d’une reddition pacifique », a-t-il plaidé.

Fugitif armé « d’une dangerosité toute particulière »

Le profil du suspect inquiète, en effet, les autorités. Adepte de la chasse et du tir sportif, fin connaisseur des lieux où il s’est caché et équipé de plusieurs armes : les gendarmes reconnaissent son « avantage » dans cette poursuite. Il a emporté avec lui « une arme de poing et une arme longue dont les caractéristiques laissent envisager une dangerosité toute particulière », a également précisé le procureur qui souligne la portée de 300 mètres de l’arme. Le terrain des recherches est également très accidenté et ne facilite pas la traque. Les gendarmes ont insisté sur la présence de nombreuses cavités dans cette forêt et ces montagnes où il pourrait se dissimuler.

Le jeune homme était employé depuis un an dans une scierie des Plantiers, un village du Gard de 260 habitants. Alors qu’il était déjà en conflit pour des problèmes d’horaires avec son patron, ce dernier lui fait remarquer, mardi matin, qu’il n’a pas dit bonjour, ont précisé les procureurs d’Alès et de Nîmes. Il a alors tiré dans la tête de son patron, mort sur le coup, puis dans la tête d’un collègue qui s’était interposé.

Lors de la perquisition au domicile de ce père d’un enfant, une douzaine d’armes et 3.300 munitions ont été retrouvées. Il est toujours conseillé aux habitants du village de sortir le moins possible au cas où le forcené reviendrait à son domicile.

Quatre familles exfiltrées

Ce jeudi, Bernard Mounier, maire des Plantiers, a confié qu’au vu du profil du tireur, quatre familles de son village avaient été exfiltrées et placées en sécurité.

Lors d’un cours point-presse, le maire a notamment affirmé que le suspect était en conflit avec plusieurs habitants du village mais aussi avec son prédécesseur. « Il y avait une tension, comme vous pouvez l’être avec votre employeur », a-t-il dit.

De plus, le père du fugitif à laisser un message audio aux enquêteurs de la gendarmerie, appelant sont fils à se rendre.

J’ai la garantie qu’il n’y aura pas feu si tu te rends maintenant, mon fils fais-moi confiance.

Père du fugitif